Notre sortie à Liège

Tout commence au matin du lundi 29 avril 2019, un petit groupe attend à l’arrêt de bus, pour partir en direction de Liège. Ce petit groupe, c’est nous. Bah oui, parce que sinon c’est pas super intéressant. Et vous savez ce qui n’est pas intéressant non plus? Un article qui commence avec la description précise d’un voyage en bus. Nous allons donc vous faire le cadeau de ne pas vous raconter l’heure de bus en détail, mais franchement vous avez manqué quelque chose. 

Arrivés à Liège, les estomacs commencent à rappeler leur existence. Nous nous arrêtons au pied d’une fontaine pour leurs donner ce qu’ils réclament tous, puis nous redémarrons notre périple, direction la montagne de Bueren.

On nous avait dit que c’était haut. Mais on ne s’attendait pas à ce que ça soit AUSSI haut. 374 marches. Une pente de 30°. Et le facteur qui déposait son courrier dans les boîtes aux lettres des maisons. Parce que oui, de vraies personnes habitent là. (Après, le facteur était plus intelligent que nous puisque qu’il faisait sa tournée en descendant. Ce n’était pas notre cas.)

Certains (que nous appellerons ici des fous) montent cet escalier colossal en courant. Et dans notre groupe aussi, certains ont voulu tester. Disons qu’ils… manquaient un peu d’entraînement. 

374 marches et des crampes aux jambes plus tard, nous arrivons en haut de l’édifice. Mais le spectacle depuis le haut vaut largement l’effort déployé. Nous sommes en haut de la ville. Nous dominons le panorama qui s’étend devant nous. Nous restons quelques minutes à observer le paysage, puis nous reprenons notre périple. Prochaine étape : les coteaux de la Citadelle.

Malheureusement pour nous, Léa était notre guide, et on a mit une plombe à trouver le bon chemin.  Alors qu’elle avait une photo du plan, ET Google Maps.(Note de Léa : en même temps ils m’ont pas aidée du tout. En plus on l’a quand même trouvé le chemin, c’est juste qu’on a mis un peu plus de temps que prévu. Et puis, comme dirait François : “On ne se perd pas, on découvre.” Bah là on a juste bieeeeeeen découvert ^^.)

​​​​​​Un petit chemin escarpé nous fait encore monter un peu plus en altitude. (Note de Léa : Il était super bien caché ! Et après on s’étonne qu’on ne le trouve pas.) Nous passons une petite barrière, et là, nous nous retrouvons au milieu d’un champ. Alors que trente secondes avant on était à côté d’une route avec plein de circulation, au milieu d’un quartier animé.

Et oui, parce que Liège ce n’est pas juste une grande métropole, c’est aussi plus de 90 hectares de nature sauvage et protégée, au beau milieu de son cœur historique. On profite du paysage pour faire une photo de groupe, que voici.

Nous nous promenons sur les coteaux, nous admirons les paysages qui s’offrent à nous. Olaf nous raconte la légende de ​​​​​​​Tchantchès, ce personnage emblématique de la ville, né miraculeusement entre deux pavés en 760 à qui il arrivé plein d’aventures. Son histoire est bien trop longue pour être racontée ici, mais elle reste intéressante, et nous vous laissons donc un lien pour de plus amples explications http://www.tchantches.be/la-legende/

Nous descendons toujours plus, et nous arrivons à hauteur des toits du palais des Princes-Évêques. Et nous nous sommes rendu compte de la différence de génération dans le groupe à cet endroit précis. Nous avons remarqué qu’un toit était “désorganisé”, et chacun y est allé de sa théorie. Certains suggèrent que le Père Noël est passé par là, d’autres enchaînent en disant que c’est parce qu’on se trouve dans Assassin’s Creed, et que quelqu’un a détruit le toit en sautant dessus.

Nous continuons de descendre, et nous arrivons de nouveau en bas de la montagne de Bueren. (Note de Léa : vous voyez que je savais exactement ce que je faisais.)​​​​​​​ Nous faisons un petit arrêt pour acheter de quoi boire et des fraises (délicieuses, soit dit en passant). On a assisté à une scène plutôt drôle où un homme, légèrement taré sur les bords, a hurlé sur un chien en peluche. Oui, on avait besoin de raconter ça ici. Ça en a marqué plus d’un dans notre groupe.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la Maison des Sciences, en longeant les quais de la Meuse. D’ailleurs, sur le chemin nous avons croisé une gravure de Tchantchès, dont nous avions parlé plus tôt.

Nous avons eu le feu vert pour démarrer notre visite. Nous étions les seuls à faire la visite, et le musée nous a gracieusement offert deux animations, une sur l’azote liquide et ses effets, et une autre sur l’électricité statique. Nous n’avons pas de photos de la première activité, on était trop absorbés par les expériences présentées. Par contre, pour l’autre, nous avons capté de magnifiques moments avec des cheveux qui flottent et des gens de chez nous enfermés dans une cage (on les a fait sortir, promis).

Après cette journée bien remplie, nous avons repris le bus dans le sens inverse. La plupart en dormant. Et voilà comment se termine cette fantastique journée, sur des filets de bave et un manque cruel de batterie téléphonique. 

Et pour votre bonheur, un florilège de photos qu’on n’a pas réussi à placer dans le texte. Enjoy!

Les jeunes

4 / 6 / 2019 : avancements

Petit compte rendu de ces derniers jours. Je me rends compte qu’une moitié des réunions de parents sert à dire ce qui a été fait, et que donc, seuls les parents sont au courant de ce qui est fait. Je vais donc essayer de publier régulièrement ici les avancements « des derniers jours », et je vais essayer de faire une synthèse chaque mois (relayée sur Facebook). Pour une lecture super rapide, ne lisez que ce qui est en gras, vous devriez savoir ce qui a été fait :-).

Mercredi dernier a donc eu lieu une réunion avec les parents, on a fait le tour des avancements du mois précédent, et pas mal discuté du prix. En effet, on offre un service assez spécialisé, mais on veut rester abordable pour tout le monde. Pour le prix demandé aux parents, on cherche donc à résoudre la quadrature du cercle et… des mécènes.

Le weekend, j’ai pris du recul parce qu’à force de vivre dans le mouvement, on n’arrive plus à penser. J’ai juste « rendu nos devoirs » à Step entreprendre : « quelle est notre crédibilité par rapport aux cibles économiques », un « Business Model Canvas », une réflexion sur « nos phases de développement » ainsi qu’une ébauche de « plan financier ». En essayant de décoder, ça donne : à quoi il faudra faire attention quand on communiquera avec ceux qui payeront (parents et demandes d’aides), une réflexion sur tout ce qui nous permettra d’offrir de bons services pour chaque type d’élève qui a « le plus sa place chez nous », comment on compte avancer dans les 5-10 prochaines années et comment on va gérer ça point de vue des finances.

Lundi après-midi, Céline, Magali et moi avons eu une réunion chez Step Entreprendre. On y a un peu expliqué nos avancements, puis ils nous ont proposé une simulation d’un entretien avec des « financeurs potentiels ». On a pu constater que ce que des « passionnés par leur projet » ont en tête est assez différent de ce que les financeurs ont dans la leur. On a donc encore du travail pour pouvoir nous faire comprendre. Ce travail est prévu demain mercredi et jeudi matin au moins.

Ce mardi matin, on a rencontré quelqu’un de Libramont qui imagine créer une école là-bas dans 2 ans environ. Nous avons des besoins communs : donner une chance aux élèves d’être bien dans leurs baskets et d’avoir leurs chances de réussir. Elle n’imagine pas le faire toute seule, donc on va se revoir prochainement pour approfondir nos envies pédagogiques et voir si nous pourrions travailler ensemble. De notre point de vue, ça fait partie de nos phases de développement que d’ouvrir des « antennes » qui travaillent ensemble, ça vaut donc le coup de se revoir, et l’on va essayer en juin. Elle a en outre la particularité d’être très bien formée en neurosciences et en sciences de l’éducation.

J’ai aussi eu une réunion avec la Maison des Jeunes (Anim’Jeunes) pour parler un peu de l’année écoulée et de l’année prochaine. Nous sommes contents, eux et nous, de l’expérience (ça met de la vie dans la MJ en journée et ça nous a permis de nous lancer). Comme la commune nous a promis un appartement pour septembre 2019 (des travaux sont nécessaires jusqu’en août), on devra se revoir en septembre pour voir ce qu’on fait l’année prochaine. Il faudra aussi qu’on en parle avec les jeunes…

Voici les derniers jours. Demain matin, Hélène et moi préparons le Workshop prévu le 18 juin pour les jeunes et l’on abordera un possible mécénat via RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Céline, Magali et moi nous reverrons le soir pour avancer sur la compréhension de nos projets par des extérieurs.

N’hésitez pas à me poser des questions / faire des remarques, c’est un premier test de présentation 🙂 : intéressant ou pas ? Trop court ou trop long ? etc.

avancement #2 (logistique et autres)

Où sommes-nous hébergés ?

Nous avons été hébergés jusque maintenant dans les locaux de la maison des jeunes (Anim’Jeunes, à la maison Mathelin, à côté de l’église). Avec 8 jeunes, cela se passe très bien, on a accès à leur matériel (mobilier, jeux, table de ping-pong/kicker/billard, etc.). À 10, ça commence tout doucement à devenir limite, mais ça passe encore.

La commune nous a promis un appartement dans l’ancienne caserne des pompiers (route de Wiltz), mais quelques travaux à faire font qu’on ne peut pas encore y accéder ; il n’y a pas d’eau par exemple. 

Comme il y a des travaux à la MJ (changement du revêtement du sol à l’accueil et dans les couloirs, on en profite pour visiter ailleurs. La haute école de Bastogne, Henallux, nous héberge cette semaine (leurs élèves sont en stage). Vendredi passé, on a été à la bibliothèque. Il est possible qu’on continue nos visites la semaine prochaine. L’avantage de ces visites, c’est qu’on peut découvrir d’autres endroits, des endroits où des collaborations pourraient s’envisager.

Questions juridiques

Pour ne pas créer une asbl “pour 3 mois”, on se base sur l’ASBL WebEvasion, une asbl dont l’objet est l’apprentissage des nouvelles technologies pour les jeunes. Nous allons prendre contact avec une agence conseil (probablement step entreprendre) pour savoir quel type d’entreprise / association créer, en fonction des sources de financement souhaitées. Le fait que le terme enseignement/recherche/école ne soit pas dans les statuts pose problème, on va donc essayer d’avoir un statut dédié le plus vite possible, mais sans griller les étapes.

matériel disponible

Pour l’instant, l’ASBL WebEvasion peut mettre à notre disposition 5 ordinateurs, et la Maison des Jeunes nous met à disposition le Wifi et le mobilier.

Lorsque nous serons dans l’appartement, on cherchera du matériel genre kicker/table de ping-pong, mais pour l’instant, on a tout ce qu’il nous faut. 

communication/sites

En ce qui concerne l’hébergement, une machine WebEvasion hébergée par CBlue nous permet d’avoir un site internet et un wiki. Je dois encore prendre contact pour des adresses mails.

Nous avons également une page et un groupe Facebook, mais j’avoue ne pas trop savoir quelle différence d’utilisation on va faire entre les 2. L’avantage d’une page, c’est qu’on peut faire de la pub, l’avantage d’un groupe, c’est que plus de monde reçoit l’info. Quoiqu’il se passe, d’expérience, tout le monde ne reçoit pas tous les messages postés, donc n’hésitez pas à explorer la page et le groupe lorsque vous voyez passer quelque chose, vous pourriez avoir loupé une autre information. Si vous avez des idées sur comment les gérer, je suis preneur.

Pour la communication avec les parents et les organisateurs, nous utilisons un savant mélange de mails et de groupes facebook. Une rationalisation pourrait être utile également :-).

aide proposée et autres initiatives

Plusieurs personnes nous ont proposé de l’aide, que ce soit pour donner de la matière, participer à la création, rédiger des dossiers. J’avoue qu’avec le lancement de septembre, je n’ai malheureusement pas pris le temps de les recontacter. Il faut que je le fasse dans les prochains jours.

D’autres personnes, enseignants ou éducateurs, nous ont fait une demande d’emploi, mais pour l’instant, les finances ne le permettent pas.

Plusieurs personnes travaillant dans des écoles alternatives ou essayant de créer quelque chose ont pris contact ou ont été signalées, il semble qu’il y ait vraiment une réflexion “hors des écoles”. Il me semble que là aussi, il faudra reprendre contact et faire une/des réunion(s) pour ne pas se faire concurrence, et pour pouvoir atteindre une “taille critique”, éventuellement en étant “distribués” sur le territoire. 

Mécénat/subsides/salaires

On a fait une première demande de financement à Poissons Rouges, pour des frais d’installation et/ou pour du matériel informatique et/ou pour de l’aide aux visites culturelles. D’autres demandes devraient suivre auprès des associations locales.

Pour l’instant, une seule demande a été faite, mais l’association a été présentée à plusieurs endroits : Acaib, BNI Bastogne… 

En ce qui concerne les payements du salaire, on passe par Smart pour l’instant, comme ça ils gèrent tout le côté “sécurité sociale, charges patronales, etc.”.  On peut se permettre un seul salaire à mi-temps, et tant qu’on n’aura pas trouvé des mécènes, ça continuera. Il va clairement falloir avancer.

Conclusion

Avec ces 3 articles, celui-ci, celui concernant les élèves et celui sur les parents, je constate qu’on a très bien avancé avec les élèves, bien avancé également avec les parents, et fait un bon début sur le côté logistique. Il faut donc maintenant qu’on liste ce qu’il reste à faire, en particulier pour “ce qu’il y a autour” de l’école, et que je délègue plus si possible sur ce qui est “hors pédagogique”, pour pouvoir consolider et progresser dans ce qui concerne les jeunes, il reste du travail avec eux, ça fera probablement partie d’un nouvel article à sortir prochainement…

avancement #2 (parents)

Les premiers retours des parents sont très positifs ! L’avis général, c’est que l’ambiance à la maison est beaucoup plus détendue/agréable. Les jeunes donnent une sensation de “bien grandir”.

Nous avons fait trois réunions pour préparer des activités qui serviront à financer l’école. La première est concrétisée, il s’agit de vente de jus de pomme. On a récolté 600Kg de pommes. Si vous voulez commander des bouteilles, il en reste. 4€ la bouteille de super bon jus de pomme purement local, 2 pour 7€. N’hésitez pas 🙂

Ce jus de pomme, a été notre première rentrée d’argent. On a aussi 2 mécènes qui nous ont fait un don. Si cela vous tente, n’hésitez pas : BE63 6511 3767 2308 – KEYTBEBB

Après ces trois premières réunions, le besoin de se voir plus longuement se fait sentir, pour que les parents puissent se connaitre, et surtout, puissent commencer à se répartir le travail. Les premières réunions furent un peu longues (environ 2h), mais nécessaires à mon avis pour que tout le monde puisse se connaître. Pour les prochaines réunions, l’idéal serait que des groupes de travail soient créés, avec un responsable minimum par activité, et que lors des réunions, il n’y ait besoin que de faire un compte rendu + poser les questions “nécessaires”. La réunion devrait ainsi pouvoir se faire en une heure maximum pour la partie formelle, le reste de temps pourrait être passé à faire connaissance et à imaginer d’autres projets.

Une charte pour les parents a également été soumise pour critiques. Il reste en particulier le point de “qu’est-ce qu’on attend comme engagement autre que financier” (temps ? Contacts ? ) et que fait-on si l’engagement n’est pas effectif” à terminer de rediscuter, probablement dans la réunion un peu plus longue. 

Ce qui m’a marqué, c’est l’engagement de tous les parents et leur besoin d’avoir une alternative, même s’ils n’étaient pas pour que leur enfant “sorte du système” au début. Certains ont proposé leur aide pour différents points autres que la recherche d’argent : présence lorsque Hélène ou moi ne pouvons être là, gestion des comptes, création d’un dossier de sponsoring…

Un dernier article devrait apparaître avec “le reste” : la logistique, les contacts extérieurs, les locaux, la structure juridique…

Avancement #2 (élèves)

Après deux mois un peu fous, je prends un peu de temps pour écrire ce qu’il s’est passé. Ce premier article parle de ce qui a été fait avec les jeunes.

Nous avons 10 inscrits , 8 depuis la fin de la 2e semaine de septembre, et 2 nouveaux en novembre. Il y a eu deux passages “à l’essai” qui n’ont pas été concrétisés, beaucoup de rencontres, mais parfois le trajet était trop long (Liège et Namur, ça fait loin et ce n’est pas dans le bon sens pour les bus), parfois “on teste l’école traditionnelle encore un peu, tant que ça tient”, que ce soit les parents ou les jeunes. Les inscrits ont entre 12 et 19 ans, avec une majorité autour de 16 ans.

Les jeunes sont entre content et très content d’être là, leur rythme de présence varie de 2-3 fois 1h par semaine (mais avec travail à domicile) à présent tous les jours, en passant par “je viens mais après 10h”. Lorsqu’ils sont là, ils travaillent (pas mal), ils discutent (avant et après), ils jouent au kicker/billard/ping-pong/jungle speed (avant et après), ils discutent avec leurs amis par snapchat/messenger/whatever (de manière raisonnable), ils écoutent parfois de la musique en travaillant (et avec des écouteurs).

Les objectifs sont assez variables : CE1D (2e secondaire), CE2D (4e secondaire), CESS (rhéto) et gestion (pour pouvoir créer une entreprise), sans CESS.

On leur a demandé à tous de faire les tables des matières de tout ce qu’ils doivent apprendre, depuis les sites officiels des programmes, ce qui est loin d’être facile. Une fois fait, on leur a proposé de faire un calendrier de ce qu’ils doivent faire jusqu’à Noël. Ils ont à leur disposition un début liste de cours en lignes, et pas mal cherchent d’autres sources (personnes de contact, livres, enseignement à distance…).

Hélène et moi les voyons chacun entre 20 minutes et 1h chaque semaine (en fonction des besoins), et on leur a demandé de nous prévenir s’ils ne savent pas venir, ce qu’ils font.

On a une réunion obligatoire par semaine pour présenter les projets. Ils en ont beaucoup ! On a d’abord présenté tous les projets, puis on a regardé quelques projets particuliers, pour travailler avec eux le “à quoi faut-il penser” : avoir des objectifs concrets et mesurables, faire la liste des idées puis la liste des tâches, ordonnancer et planifier ces tâches… La semaine avant les vacances, on a travaillé sur un “projet commun” en se répartissant des tâches pour faire une première demande de mécénat à un groupe local. Il fallait savoir de quel montant on avait besoin pour du matériel d’installation (projecteur, ordinateurs…) / des billets de transport / des cartes musées pour faire des demandes de subsides/mécénat.

On a une autre réunion par semaine, où chacun peut parler de ses émotions, de comment il se sent, selon les règles de l’espace de parole régulé (voir la partie spécifique de la page). Lors de cette réunion, tout le monde a l’occasion de dire comment il se sent. On utilise pour l’instant un sous ensemble des cartes “le langange des émotions” pour que tout le monde puisse nommer des émotions. Tout le monde doit prendre la parole, mais il est possible de dire qu’on ne veut pas partager. Cela se passe très bien pour l’instant, on a plus l’impression d’une “famille sympa” que d’un groupe classe.

Ce qui me marque le plus, c’est leur sérieux au travail. Pas besoin de leur rappeler qu’ils doivent bosser, ils le font tout seul et semblent vraiment vouloir travailler, même si parfois, ils ne voient pas comment faire. 

Les tables des matières sont difficiles à faire, et je crois qu’ils ne voient pas l’intérêt. Ils ont tendance à vouloir “faire tout de suite” (khanacademy, duolinguo, livres).

L’étape actuelle est, pour eux, de faire le point sur ce qu’ils ont fait et appris depuis septembre, ainsi que leurs objectifs et besoins d’ici Noël.

Un prochain article suivra avec ce qui a été fait avec et pour les parents…

Avancement #1

Après quelques premiers passages dans la presse, notre aventure est officiellement lancée. 

Pour cela, il a fallu pas mal de travail, vous vous en doutez. La première chose fut une rencontre informelle prévue par Céline, Quentin et François,  en faisant appels aux contacts de Céline, en juin 2018. Une quinzaine de participants nous ont prouvé qu’il y avait de l’intérêt réel. 

Une réflexion plus profonde a été réalisée avec les “3 de départs” plus Hélène et Magali. Nous avons discuté, échangé et commencé à écrire. Le résultat a été un contact avec la maison des jeunes de Bastogne (Anim’Jeunes), un nom, un site Internet et une approche (un peu timide) de la presse.

La suite, c’est une collaboration prévue avec la MJ, des inscriptions déjà certaines, une douzaine de personnes intéressées (sur 16 places, en 1 semaine et demi), quelques demandes de profs “vous cherchez pas quelqu’un”, une première promesse de dons, une présentation grand public prévue ce mercredi et pas mal de félicitations et d’encouragements, tant de la part de parents que de “personnes dans la rue que je ne connais pas”. 

Un début de site de ressources pour la réussite du jury central a également été créé. 

Des contacts sont pris, petit à petit et “au rythme de la vie” avec des officiels, des associations, des institutions, etc. pour faire avancer le projet.

Merci à celles et ceux qui nous conseillent, qui nous aident, même si je n’arrive pas à répondre à tous les messages :-).